Le Terroir

AOC vins Languedoc Saint Georges d’Orques 

Le terroir de la commune de Murviel Lès Montpellier est sur un anticlinal où culmine la zone « AOC vin Languedoc St Georges d’Orques » à 217 m d’altitude.

Notre climat est un climat méditerranéen très contrasté par de fortes précipitations automnales et des sècheresses estivales compensées par des embruns maritimes.

Le terroir de Murviel doit sa typicité à la présence d’une grande faille, dite «  Pli de Montpellier » qui fait apparaître à Murviel des roches du Lias Supérieur (base du Jurassique, ère Secondaire) qui n’affleurent nulle part ailleurs dans la région, sauf dans le terroir des vins du Pic Saint Loup.

Le «  Pli de Montpellier » est une faille de chevauchement, presque plate, sur laquelle la poussée des Pyrénées, orientée du Sud vers le Nord, a déplacé de 4 à 6  kilomètres les calcaires du Jurassique vers le Nord. Les formations du Jurassique, ainsi déplacés vers le Nord, ont été plissées et faillés. Un vaste pli anticlinal est ainsi apparu, couvrant pratiquement la totalité de la commune de Murviel. L’érosion a ensuite creusé le cœur de cet anticlinal, laissant apparaître les roches du Lias Supérieur, en particulier les marnes de l’Aalénien Inférieur.

Cette dépression marneuse, entre les villages de Murviel et Saint Georges d’Orques, est entourée de reliefs formés par les calcaires du Bajocien et du Bathonien. Ces couches, plus dures, sont très redressés, parfois verticalement. Le village de Murviel et l’oppidum gallo-romain du Castellas se sont installés sur ces reliefs.

Les vignes du Clos d’Isidore se développent exclusivement sur les coteaux ou les combes de l’Aalénien Supérieur et sur les reliefs du Bajocien.

 Dans le premier cas, le substratum correspond à des alternances de couches de calcaires siliceux et de marnes noires, sableuses et micacées. Les sols issus de ce substratum marno-calcaire sont des sols secs, à dominante caillouteuse, dans un ensemble limono-argileux. Nous privilégions sur ce terroir l’installation de nos vignes de Grenache, Cinsault, Carignan et Mourvèdre.

Dans le second cas, le substratum correspond à des « calcaires à chailles ». Les sols issus de ce substratum sont des sols caillouteux. Par leur nature siliceuse, ces sols ont fixé les oxydes de fer, ce qui leur donne une couleur rougeâtre typique. Ces sols ayant une meilleure rétention d’eau, nous avons privilégié l’installation de nos vignes de Syrah.